Accueil

Carrefour des milieux de la diffusion, de la production et de la création en danse, La danse sur les routes du Québec soutient l’amélioration et l’accroissement de la diffusion de la danse sur le territoire québécois.

Abonnez-vous (RSS) Quoi de neuf?

  • Mardi 11 novembre 2014
    7718

    Cible de Dieu est un spectacle solo qui parle de déroute et de défaite. Empruntant un trajet parfois humoristique, la pièce explore le besoin humain de comprendre sa raison d’être et sa route. Elle questionne le moment où notre résilience face aux obstacles de la vie devient naïveté devant l’évidence d’un mauvais parcours… cet effroyable moment de grâce où l’on se retrouve face à soi-même.

  • Mercredi 29 octobre 2014
    7717

    Grâce à une collaboration exceptionnelle entre La danse sur les routes du Québec, Atlantic Moves, Candance, Made in BC et Ontario Dances, La DSR est heureuse de recevoir une délégation de 75 diffuseurs de toutes les provinces dans le cadre des activités entourant la Conférence internationale des arts de la scène CINARS.

  • Lundi 27 octobre 2014
    7716

    C’est avec joie que La DSR accueille Luce Couture, directrice du Théâtre Centennial comme nouvelle présidente de La danse sur les routes du Québec.

  • Mercredi 22 octobre 2014
    7715

    Ce ballet de Bengt Jörgen par la compagnie Ballets Jörgen Canada de Toronto est une reprise innovante du conte classique. La chorégraphie de Jörgen présente un équilibre entre les éléments du conte de fée et avec un traitement plus contemporain de Cendrillon et ses liens de famille. Jörgen retourne à la tradition russe originale en donnant les rôles des demi-soeurs à des femmes pour rendre Cendrillon et ses circonstances plus réalistes et humains. Ensuite, il utilise ces scènes pour contraster ainsi que souligner les aspects fantastiques de l’histoire.

  • Jeudi 16 octobre 2014
    7714

    Un programme fascinant! Dans un premier temps, découvrez l’univers de Maïgwenn Desbois dans les chorégraphies «Dans ta tête et Six pieds sur terre». Proposant une gigue contemporaine aux accents théâtraux, la chorégraphe partage la scène avec Gabrielle (vedette du film Gabrielle), qui a le syndrome de Williams, et Anthony (aussi du film Gabrielle), atteint du syndrome d’Asperger. Avec humour, tendresse, parfois colère, les deux pièces parlent de la différence, des peurs, de la peur de la différence… et de comment il est possible de surpasser tout ça. Irrésistible!

Représentations à venir