Spectacle

  • Mathilde Monnard et Dominique Porte

    Photo: Marie Chouinard
  • Dominique Porte

    Photo: Marie Chouinard
  • Marie Chouinard

    Photo: Benny Chou

Contact

Représentations

  • Valspec
    • 8 février 2018, 20h00
Avis: Cette fiche est en processus de mise à jour.
  • Durée totale: 60 min
  • Cachet demandé:  
  • Le cachet comprend:  

Description du spectacle:  

  • Prélude à l’après-midi d’un faune

    En 1994, la COMPAGNIE MARIE CHOUINARD est invitée à présenter Le Sacre du printemps au Festival international de Taipei(Taïwan) où la musique d’Igor Stravinsky sera interprétée par l’Orchestre symphonique de Taipei. Puisque la longueur du spectacle le permet, le Festival suggère d’ajouter L’Après-midi d’un faune au programme. Apprenant que le solo n’est pas dansé sur la partition de Debussy, le Festival encourage alors Marie Chouinard à créer une nouvelle version. C’est ainsi que Prélude à l’après-midi d’un faune(version Debussy) voit le jour.Cette nouvelle version reprend la même gestuelle et le même enchaînement que l’oeuvre originale de Marie Chouinard. La chorégraphe qui, à l’époque de la création, n’était pas à l’aise avec la musique de Debussy, découvre que son Faune est maintenant assez établi, incarné, pour vivre sur cette musique et que l’expérience est plus que concluante.

    • Année de création:  
    • Durée: 10 min
    • Public cible: Grand public
    • Chorégraphe(s): Marie Chouinard
    • Interprète(s): Lucie Mongrain ou Carol Prieur
    • Concepteur(s): Costumes:Luc Courchesne, Louis Montpetit et Marie Chouinard; Éclairages: Alain Lortie; Musique: Prélude à l’après-midi d’un faune, Claude Debussy,1894.

    Première mondiale de la version Debussy au Festival international de Taipei, Taïwan (1994).

    Mise à jour: 29 septembre 2010
  • Le Sacre du printemps

    Choisissant de revisiter ce puissant hymne à la vie, la chorégraphe crée sa première oeuvre à partir d’une partition musicale. Le Sacre du printemps d’Igor Stravinsky explore à sa façon un Nouveau Monde et marque l’entrée de la danse dans la modernité. Marie Chouinard retrouve dans cette oeuvre à l’avant-garde une pulsation originelle en résonance avec sa propre gestuelle. Loin de contraindre le rythme de sa danse, le souffle de cette puissante partition l’inspire, l’accompagne et l’énergise, à la fois l’écho et le contrepoint musical d’une chorégraphie organique, vigoureuse et exaltée. Contrairement aux chorégraphes qui l’ont abordé jusqu’ici, elle a construit son Sacre autour de solos, cherchant à réveiller en un mouvement à la fois fort et limpide, le mystère intime de chaque danseur. “Il n’y a pas d’histoire dans mon Sacre, explique-t-elle, pas de déroulement, pas de cause à effet. Seulement de la synchronicité. C’est comme si j’avais abordé la première seconde suivant l’instant de l’apparition de la vie dans la matière. Le spectacle, c’est le déploiement de cette seconde. J’ai l’impression qu’avant cette seconde, il y a eu l’intervention extraordinaire d’une lumière, d’un éclair.»

    • Année de création: 1993
    • Durée: 50 min
    • Public cible: Grand public
    • Chorégraphe(s): Marie Chouinard
    • Interprète(s): Tous les danseurs de la COMPAGNIE MARIE CHOUINARD
    • Concepteur(s): Costumes: Vandal; Éclairages: Marie Chouinard; Signatures sonores, Rober Racine, 1992 / Le Sacre du printemps, Igor Stravinsky, 1913.

    1er mondiale au centre des Arts Ottawa, Canada (1993)

    Mise à jour: 28 septembre 2010