Publications / Rapports annuels / La saison des diffuseurs / Saison 2014-2015

CD spectacles Saison 2014-2015

CD Spectacles choisit des démarches artistiques fortes et signifiantes tant chez les artistes de la relève que chez les artistes établis. Le diffuseur veut présenter un minimum de trois œuvres par année, dont deux d’artistes de la relève, et une d’un artiste établi qui donnera des ateliers aux étudiants ainsi qu’aux personnes du troisième âge. Dans la sélection de ses œuvres, le diffuseur désire avant tout être avant-gardiste dans ses choix et diffuser des spectacles où la démarche artistique du chorégraphe est porteuse de sens par ses thématiques, son approche scénique, sa gestuelle, sa théâtralité et son symbolisme.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Un danseur de la compagnie Ballet Jörgen est venu enseigner une classe de ballet aux élèves de la troupe de danse du cégep de Gaspé. Le professeur a enseigné la chorégraphie du spectacle en tournée et a aidé les jeunes à relever le défi d’apprendre la chorégraphie. Ils ont pu travailler la musicalité ainsi que la personnalité et la précision de leur rôle. Ils ont ainsi vu ce qu’est le métier de raconter une histoire avec des mouvements.

    Le diffuseur a également soutenu la présence de Zogma et la présentation de leur œuvre Sokalo lors du Festival musique du bout du monde les 9 et 10 août 2014. Durant le festival, la compagnie a offert des ateliers de danse portant sur les rythmes urbains. Une occasion pour le diffuseur d’intéresser le public à sa programmation en danse.

    L’agente de développement a également accueilli et guidé de jeunes artistes en danse lors de la réalisation d’un docu-danse effectué dans la région. Elle leur a indiqué des lieux de tournage potentiels, leur a fait faire un tour de la ville et a ainsi collaboré à leur résidence de création.

    Le projet La Cité/CRASH, initié par CD Spectacles, a impliqué soixante-quinze jeunes de l’école secondaire C.-E.-Pouliot sur deux ans. En partenariat avec la compagnie Manon fait de la danse, ces jeunes ont participé à des ateliers interactifs sur la plateforme La Cité lorsqu’ils étaient en troisième secondaire et ont assisté au processus de création du spectacle. Celui-ci devait avoir lieu en novembre 2014, mais il a été reporté au 12 mai 2015. Les jeunes, maintenant en quatrième secondaire, ont eu la chance de voir le spectacle chez le diffuseur. Après la représentation, ils ont suivi un atelier sur le mouvement animé par les danseurs, ce qui a permis de conclure le projet avec cette cohorte. Le but était d’initier et d’intégrer à la création d’un spectacle les jeunes de régions éloignées des centres de création artistique et technologique plus effervescents. L’idée était de les amener à vivre ce processus dans le cadre du cursus scolaire grâce aux technologies de l’information et des communications et qu’ils deviennent ainsi des spectateurs ouverts. Dans ce projet, les élèves ont traversé toutes les étapes, de la conception du spectacle à sa réalisation. Leur perception du spectacle est devenue différente de celle des autres élèves puisque leur esprit critique s’est développé grâce à leur implication dans l’œuvre. Un projet que le diffuseur compte renouveler!

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 3 représentations, 874 spectateurs
  • 3 activités de développement, 135 participants
  • Un total de 1009 personnes touchées

… et des spectacles

Centre culturel de l'Université de Sherbrooke Saison 2014-2015

Depuis plusieurs années, la danse est au cœur de la programmation du Centre culturel de l’Université de Sherbrooke. La sélection des œuvres grand public vise généralement à offrir, en complément des spectacles de danse présentés au Théâtre Centennial, des productions à grand déploiement issues de la scène nationale et internationale. À travers sa programmation jeunesse, la direction vise à intégrer, dans la mesure du possible, un spectacle de danse par année. Ainsi, depuis dix ans, le Centre culturel a présenté la majorité des créations en danse jeune public offertes en tournée au Québec.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Encore une fois cette saison, le Centre culturel de l’Université de Sherbrooke et le Théâtre Centennial ont proposé à leur public la série Danse Sherbrooke. Une campagne publicitaire et promotionnelle ainsi que des relations de presse ont été réalisées pour mettre de l’avant cette offre commune. Une présentation de la série Danse Sherbrooke a été offerte aux responsables du département de danse du cégep par Anne-Sophie Laplante, responsable de la programmation en danse du Centre culturel, et Luce Couture, directrice générale du Théâtre Centennial. Le Centre culturel entretient aussi un partenariat avec plus de cent vingt professeurs d’école primaire, secondaire et collégiale, afin de stimuler la fréquentation des activités en arts de la scène. Ces personnes constituent un réseau précieux qui sert de relais d’information et de diffusion culturelle.

    Également, le diffuseur a renouvelé cette année des maillages avec le service à l’hébergement de l’Université de Sherbrooke, ce qui a permis d’offrir une centaine de billets à des étudiants pour les spectacles de Ballet BC et de BJM présentés au Centre culturel. Des contacts ont aussi été établis avec l’Agence des relations internationales et l’Association interculturelle des étudiantes et étudiants de l’Université de Sherbrooke pour faire la promotion des spectacles de la série Danse Sherbrooke. Une invitation pour les spectacles de Ballet BC et BJM a été acheminée à tous les employés de l’UdeS. Une promotion pour le spectacle de Ballet BC a été envoyée à tous les clients de la Maison du cinéma et une publicité de ce spectacle a été diffusée dans les différentes salles de ce complexe cinématographique.

    Chacun des spectacles a été précédé d’une causerie, animée par M. Steve Bergeron, journaliste culturel à La Tribune. Celui-ci a pu discuter devant public avec Emily Molnar, directrice artistique, avant le spectacle de Ballet BC et avec Louis Robitaille, directeur artistique, pour le spectacle des Ballets Jazz de Montréal. Les discussions ont notamment été abordées sous l’angle de la création des chorégraphies présentées, ce qui a permis aux personnes présentes d’obtenir des clés de lectures pour apprécier davantage leurs soirées.

Quelques chiffres…

  • 6 spectacles, 7 représentations, 2851 spectateurs
  • 2 activités de développement, 420 participants
  • Un total de 3271 personnes touchées

… et des spectacles

Centre des arts de Baie-Comeau Saison 2014-2015

Le Centre des arts de Baie-Comeau poursuit les orientations artistiques mises en place il y a vingt ans par le Théâtre de Baie-Comeau. Il vise à diffuser des spectacles de danse de grande qualité en tenant compte de leur créativité, de leur originalité et des publics auxquels ils s’adressent. En sillonnant les sentiers moins fréquentés de la danse contemporaine tout autant que les plus appréciés, le Centre des arts de Baie-Comeau souhaite s’affirmer comme un diffuseur qui navigue entre risque, audace et émotion. Il est primordial pour la direction artistique d’offrir un accueil chaleureux et un appui indéfectible aux compagnies en résidence, de suivre les parcours de création et de développer les auditoires.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Cette année, beaucoup d’activités ont été mises en place afin d’approcher différents publics. Deux ateliers en compagnie de Bengt Jörgen ont été orchestrés avec des élèves de l’académie de danse de Baie-Comeau lors de la venue du Ballet Jörgen. Quatre élèves ont été choisis pour être figurants lors du spectacle Cendrillon, présenté chez le diffuseur.

    Pour la présentation de Cible de Dieu de Grand Poney, l’agente de développement a approché les étudiantes et étudiants du programme Art, lettres et communication du cégep de Baie-Comeau et les a invités à une journée de création. Les élèves ont dû concevoir une œuvre inspirée par la présentation de Grand Poney. Ils se sont penchés sur une phrase, une inspiration, et ont créé à partir de cet élément. Par la suite, les élèves ont pu assister à la répétition de la pièce en après-midi, ce qui les a influencés pour terminer leur travail de création. Les élèves ont eu le choix du support qu’ils privilégiaient (poème, peinture, dessin, installation, etc.). Leurs œuvres ont ensuite été affichées lors d’un petit vernissage avant la présentation de Cible de Dieu, à laquelle ils ont assisté. Les jeunes ont ensuite pu discuter avec le chorégraphe Jacques Poulin-Denis de leurs interprétations de l’œuvre présentée ainsi que de leur travail artistique.

    Promotion et partenaire

    Des tarifs préférentiels sont offerts aux étudiants et étudiantes en danse de l’académie qui souhaitent assister à un spectacle en danse chez le diffuseur. En partenariat avec un acteur local, le diffuseur offre lors des rencontres apéro-danse avant spectacle un martini concocté spécialement par un mixologue. Une belle façon de rapprocher les gens et de leur offrir un moment unique.

Quelques chiffres…

  • 4 spectacles, 4 représentations, 714 spectateurs
  • 15 activités de développement, 692 participants
  • Un total de 1406 personnes touchées

… et des spectacles

  • Cible de Dieu de Grand Poney, le 2 décembre 2014, avec 101 spectateurs
  • La cigale et la fourmi de Sursaut compagnie de danse, le 2 février 2015, avec 193 spectateurs
  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 13 février 2015, avec 107 spectateurs
  • Cendrillon de Ballets Jörgen Canada, le 8 novembre 2014, avec 313 spectateurs

Corporation de la Salle de spectacle de Sept-Îles Saison 2014-2015

Les attentes de la communauté et la réceptivité des spectateurs sont au cœur des préoccupations de la salle de spectacle de Sept-Îles au moment de faire sa sélection de spectacles de danse. L’objectif est de permettre à la population, aux jeunes en particulier, de s’initier à la danse. Pour ce faire, la salle Jean-Marc-Dion (SJMD) choisit des projets de qualité tout en visant une certaine accessibilité et propose des activités innovantes, intéressantes et surtout influentes en terme de médiation artistique, ce qui est à la base de notre processus de développement. De plus, de nombreuses activités de développement sont offertes, lesquelles permettent aux spectateurs de rencontrer les créateurs, ce qui mène à une plus grande ouverture pour la danse.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Activités de développement

    La Corporation de la salle de spectacle de Sept-Îles investit beaucoup dans les activités de développement et principalement dans des activités de formations. Le diffuseur a donc organisé des classes de maître concernant la plupart des spectacles présentés durant l’année. Une classe de maître avec le Ballet Jörgen a permis d’initier de jeunes adeptes à la technique classique de la compagnie. Une classe de maître liée au spectacle Amigas de Lizt Alfonso Dance Cuba a permis de réunir trois écoles de danse concurrentes de la région (une idée d’abord invraisemblable) autour des techniques de danse sud-américaine.

    En parallèle avec la prestation de Zogma, le collectif de folklore urbain, le diffuseur a organisé plusieurs ateliers de danse avec différentes écoles et différents groupes. Après avoir présenté Sokalo au vieux quai de Sept-Îles, la troupe a offert un atelier collectif de danse percussive à la population présente. Une très belle façon d’initier directement de jeunes adeptes et des citoyens à la danse.

    Le public de Cible de Dieu a accueilli avec satisfaction la rencontre après spectacle planifiée avec le chorégraphe. Il faut dire que l’assistance était un peu déstabilisée face à l’anti-spectacle présenté par Grand Poney. La discussion autour de l’œuvre a été profitable et enrichissante, et a permis d’éclairer la proposition de Jacques Poulin-Denis aux yeux de l’assistance.

    Beaucoup de travail a été fait pour consolider la danse sur le territoire avec les différentes écoles et les partenaires du milieu. L’idée étant de rendre la danse au citoyen, un spectacle et une activité à la fois. Le diffuseur a remarqué au courant de l’année une plus grande satisfaction de la part de la population. Les gens aiment la danse et en veulent. Il faut seulement leur emboîter le pas.

Quelques chiffres…

  • 5 spectacles, 5 représentations, 1469 spectateurs
  • 11 activités de développement, 650 participants
  • Un total de 2119 personnes touchées

… et des spectacles

  • Cible de Dieu de Grand Poney, le 3 décembre 2014, avec 68 spectateurs
  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 14 février 2015, avec 173 spectateurs
  • Sokalo de Zeugma Danse, le 16 août 2014, avec 300 spectateurs
  • Cendrillon de Ballets Jörgen Canada, le 6 novembre 2014, avec 562 spectateurs
  • Amigas de Lizt Alfonso Dance Cuba, le 2 février 2015, avec 366 spectateurs

Culture Trois-Rivières Saison 2014-2015

La vision artistique du développement de la danse à Trois-Rivières s’articule tout d’abord autour de la Politique culturelle de la Ville de Trois-Rivières. Les orientations que l’on retient pour le développement de la danse sont : accessibilité, participation, concertation, partenariat et soutien au développement des arts et des lettres. Dans ce sens, il est donc primordial d’offrir des œuvres artistiques diverses dans une même discipline et de pouvoir faire un amalgame d’œuvres contemporaines et d’œuvres de répertoire. En danse, cela se traduit par la présentation de spectacles qui peuvent être exclusivement en danse contemporaine, mais qui peuvent aussi toucher à divers genres tels que le ballet, les danses traditionnelles, le flamenco, le tango, les danses urbaines, etc.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public, partenariat et promotion

    Afin d’atteindre un nouveau public, la Maison de la culture de Trois-Rivières (MdC) a décidé de faire découvrir sa programmation de danse aux participants du Festival DansEncore. Pour l’occasion, la MdC a décidé de présenter Sisi de Muriva Danse lors du festival. La MdC en a profité pour distribuer pour la première fois des encarts promotionnels présentant la programmation en danse.

    La MdC s’est alliée au café Morgane pour créer trois infiltrations de danse à des heures différentes dans trois cafés Morgane à Trois-Rivières. En présentant Les installations mouvantes de Mandoline Hybride, la MdC voulait faire découvrir sa série et amener la danse vers les gens, afin de démocratiser la danse contemporaine. L’initiative a reçu un bel engouement des médias de la région qui sont venus filmer la prestation.

    Pour une première collaboration, la MdC a offert quatre classes de maître à l’école de danse l’Astragale. Deux classes par le chorégraphe Ismaël Mouaraki et deux autres par Kennedy Henry, interprète pour Cas Public. Les élèves ont ensuite été invités à assister aux représentations des artistes.

    Avant chaque représentation en danse, la MdC a décidé de projeter une vidéodanse pour initier le public à d’autres styles et chorégraphes. Drawing Blank de Picture This Productions et Le Tunnel de Guillaume Paquin ont ainsi été présentées.

    Au cinéma Le Tapis Rouge ainsi qu’au Ciné Campus, deux cinémas de répertoire, les bandes-annonces des spectacles en danse ont été présentées avant la représentation des films. Pendant plus d’un mois, le public des deux cinémas a ainsi vu les bandes-annonces de Loops et de Symphonie dramatique.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 6 représentations, 627 spectateurs
  • 6 activités de développement, 2260 participants
  • Un total de 2887 personnes touchées

… et des spectacles

Diffusion Saguenay Saison 2014-2015

En tant que diffuseur pluridisciplinaire, Diffusion Saguenay choisit d’intégrer le volet danse dans sa programmation et d’offrir une diversité d’œuvres chorégraphiques. Sensibiliser la population à cette forme d’art et en faciliter l’accès à l’aide du programme Objectif Danse permet de faire rayonner cette discipline sur un vaste territoire.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Depuis six ans, Diffusion Saguenay reconduit sa participation au projet Objectif Danse, qui vise à promouvoir et à soutenir le développement de la diffusion de la danse professionnelle au Saguenay-Lac-Saint-Jean. Ce projet régional unique crée un impact dans la région et demeure prioritaire dans la stratégie de développement du diffuseur. Celui-ci travaille également en étroite collaboration avec le groupe de compétences du Conseil régional de la culture pour des rencontres et des discussions concernant les propositions de spectacles. Ils développent des partenariats leur permettant de bonifier les initiatives entreprises au fil des ans, notamment avec les écoles de danse de la région, le programme Culture éducation pour les matinées scolaires, la Ville de Saguenay (le réseau des bibliothèques, la Vitrine et la Société de transport), les cégeps, l’Université du Québec à Chicoutimi, le groupe de compétences du CRC et les intervenants du milieu scolaire.

    C’est dans cet ordre d’idée que Mandoline Hybride a présenté Les installations mouvantes le 26 septembre à Chicoutimi et à Jonquière. La première représentation était une infiltration dansée à la cafétéria de l’Université du Québec à Chicoutimi. Une seconde prestation, cette fois un duo dansé, a été offerte à la bibliothèque de Jonquière. Cette initiative fut une belle rencontre entre la danse et la population saguenéenne.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 4 représentations, 961 spectateurs
  • 1 activités de développement, 0 participants
  • Un total de 961 personnes touchées

… et des spectacles

Les Arts de la scène de Montmagny Saison 2014-2015

En matière de direction artistique, les choix du diffuseur sont sous-tendus par trois grands principes ou lignes directrices, soit qualité, diversité et équilibre. En maintenant ces trois principes, il offre ainsi à tous les spectateurs un accès à une grande variété d’expériences artistiques professionnelles. Outre l’atteinte de ses objectifs directs, le diffuseur est fier de l’impact de ses actions de diffusion, notamment en donnant accès à la population de la région aux différentes disciplines des arts de la scène. En plus d’utiliser les outils de promotion habituels (brochure, publicité dans les journaux et radios, site Internet, bulletin électronique, affiches, etc.), le diffuseur développe d’autres stratégies afin d’atteindre son public : tournées de presse et de classes de maître, événements avant ou après le spectacle (rencontre avec le chorégraphe et danseur, etc.) et présentation d’un extrait de danse à l’ouverture du lancement de saison.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public et partenariat

    Les partenariats avec les écoles de danse de la région se sont poursuivis et renforcés. Des approches avec d’autres écoles sur le territoire ont été entamées, mais il a été difficile d’organiser les transports. Plusieurs personnes intéressées sont tout de même venues au spectacle par leur propre moyen. Les relations se poursuivront plus concrètement l’an prochain. Une trentaine de personnes âgées de six à trente ans ont tout de même assisté à la classe de maître donnée par un danseur du Ballet-théâtre atlantique du Canada. Les élèves ont tous été invités par la responsable de l’école de danse de la région.

    Une représentation de la troupe locale Nouvelle époque comme premier spectacle d’ouverture de la saison en danse a réussi à rassembler familles et amis de la région. En effet, la troupe compte plusieurs membres issus de la communauté, une belle façon d’intéresser leurs amis à la programmation en danse présentée chez le diffuseur. Une prestation de la troupe a été offerte aux Galeries de Montmagny quelques semaines avant la présentation et des agents étaient présents pour inviter les passants à la prestation complète chez le diffuseur.

    En raison d’une importante tournée, le collectif de folklore urbain Zogma n’a pas pu offrir une classe de maître aux écoles de danse de la région. Par contre, la troupe a été invitée à livrer une courte prestation très remarquée lors du lancement de saison.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 3 représentations, 623 spectateurs
  • 3 activités de développement, 615 participants
  • Un total de 1238 personnes touchées

… et des spectacles

  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 8 février 2015, avec 179 spectateurs
  • Piaf de Ballet-théâtre atlantique du Canada, le 12 avril 2015, avec 193 spectateurs
  • Quand on danse on a toujours… 20 ans! de Nouvelle époque (troupe de Montmagny), le 22 novembre 2014, avec 251 spectateurs

Maison des arts de Laval Saison 2014-2015

La mission de diffuseur municipal de la MDA est d’offrir un service de proximité et de permettre aux citoyens et aux intervenants culturels lavallois d’accéder à une culture contemporaine par divers programmes de diffusion, de médiation et d’accompagnement professionnel. La MDA a développé, au cours des quinze dernières années, un important programme jeune public, une programmation en théâtre de création et en danse contemporaine.

La programmation de la MDA est professionnelle, pluridisciplinaire, complémentaire au secteur privé et aux organismes reconnus sur le territoire, diversifiée et accessible à l’ensemble des citoyens et citoyennes. Cette offre favorise le rayonnement des artistes locaux et de la relève professionnelle. Elle donne aussi une vitrine aux disciplines de pointe et aux nouvelles pratiques artistiques.

La MDA peut compter sur une équipe composée de professionnels en diffusion et en médiation autant en arts de la scène qu’en arts visuels. Depuis l’automne 2013, à la suite de travaux majeurs dans sa salle de spectacle (3 millions de dollars), la MDA a ajouté à son équipe dédiée une adjointe à la programmation pour seconder le responsable ainsi qu’une agente de développement de public pour l’ensemble de ses programmes.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Les rencontres public-artistes qui ont lieu après chaque spectacle présenté en soirée se sont vu gratifier de la présence des chorégraphes à chacune des représentations. Cette chance d’avoir le créateur sous la main a permis lors des discussions avant ou après spectacles d’approfondir la perception du public face à la création.

    Cette année, la Maison des arts de Laval s’est associée à la compagnie Ample Man Danse afin que celle-ci réalise différents ateliers, et ce tout au long de l’année. La compagnie a élaboré quatre ateliers dans le cadre d’une journée culturelle danse-arts visuels avec des élèves d’une école voisine.

    Quinze ateliers d’initiation à la danse pour les tout-petits dans le cadre de Petits bonheurs Laval ont aussi été offerts et préparés par l’équipe de Simon Ampleman. Ces ateliers touchaient des groupes d’âge allant de dix-huit mois à six ans.

    Dans le cadre des présentations du spectacle de Noël, Le chat botté, qui incluait du théâtre musical, l’équipe de la MDA a décidé d’offrir des ateliers en arts de la scène, plus précisément en danse. L’équipe de Simon Ampleman a donc offert aux familles un atelier d’initiation à la danse.

    Des rencontres préparatoires avec tous les élèves et jeunes ayant prévu d’assister à la représentation de Suites curieuses de Cas Public ont été organisées. Ce sont plus de sept cents enfants qui ont été sensibilisés à la pièce, jugée un peu trop audacieuse pour les tout-petits de deux ans et moins. La préparation visait à leur offrir une expérience positive de la danse et de l’œuvre. Des rencontres qui se sont avérées une réussite et un choix judicieux!

Quelques chiffres…

  • 6 spectacles, 16 représentations, 2325 spectateurs
  • 50 activités de développement, 1219 participants
  • Un total de 3544 personnes touchées

… et des spectacles

  • Śūnya de Sinha Danse, le 31 janvier 2015, avec 165 spectateurs
  • Sens de Zeugma Danse, le 28 novembre 2014, avec 223 spectateurs
  • So Blue de Louise Lecavalier / Fou glorieux, le 28 février 2015, avec 266 spectateurs
  • Quotient Empirique de RUBBERBAND, le 28 mars 2015, avec 207 spectateurs
  • Suites curieuses de Cas Public, le 3 mai 2015, le 4 mai 2015, le 5 mai 2015, et le 6 mai 2015, avec 1230 spectateurs
  • Eaux de Les Incomplètes, le 7 mai 2015, le 8 mai 2015, et le 9 mai 2015, avec 306 spectateurs

Odyscène Saison 2014-2015

Depuis dix ans, la direction programme chaque année entre trois et cinq spectacles de danse, tout en favorisant la danse contemporaine. Odyscène veut se positionner dans sa région comme un diffuseur branché, offrant à sa population une programmation de spectacles de disciplines variées, où la création artistique novatrice a une place de choix. C’est pour lui un élément très valorisant. La danse fait partie des couleurs que se donne Odyscène, qui, jusqu’à tout récemment, était le seul de sa région à programmer des spectacles de cette discipline. L’équipe travaille chaque année à solidifier le développement entamé dans le passé et à augmenter l’éventail des possibilités. Faire connaître la danse à sa population et augmenter son public fidèle est un objectif prioritaire.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Un pari réussi

    L’année passée, la programmation avait été très relevée avec notamment les spectacles des Ballets Jazz de Montréal, de Marie Chouinard et de Virginie Brunelle. Cette année, Odyscène a fait le pari de miser sur un autre type de public. Avec la présentation de Dans ta tête et Six pieds sur terre de Maï(g)wenn et les Orteils en programme double « découverte » avec La suite logique de Caroline Dusseau, l’idée d’Odyscène était d’offrir des œuvres d’artistes de la relève en danse et d’amener un public différent en salle (notamment des personnes handicapées qui ont été interpellées par la proposition de Maïgwenn Desbois). Aussi, en présentant Les Chaises de PPS Danse, Odyscène s’est assuré d’aller chercher un public différent de l’année passée en présentant le spectacle aux familles et aux plus jeunes. Le public fut au rendez-vous pour les deux rencontres, une belle réussite!

    Développement de public : cinéma et danse

    Le développement de public chez Odyscène se fait grandement par le cinéma, notamment dans le cadre de Ciné-Groulx. Les bandes-annonces des spectacles sont présentées avant les projections principales pour sensibiliser les habitués. Le triptyque de courts métrages d’Annie-Claude Coutu Geoffroy a aussi été présenté séparément en avant-programme des longs-métrages.

    Dans le cadre du CinÉtudiant (pour les élèves du secondaire), un programme de courts métrages a été présenté le 1er mai. Il y avait six films au programme, dont deux de danse : Slow Dance de Joe Cobden et To Build a Home de Louis-Martin Charest. Ce dernier a participé à une discussion et il a été expliqué aux jeunes qu’avril est le mois de la danse.

    Une soirée vidéodanse a été présentée gratuitement à Ciné-Groulx pour permettre aux amateurs de danse et aux cinéphiles de profiter des films. Ce fut aussi une occasion pour Odyscène de faire le lancement de la saison en danse en présentant des extraits des spectacles à venir en 2015-2016, en remettant la programmation aux gens, et en proposant des entrevues avec des artistes liés à la programmation. Les chorégraphes Nancy Gloutnez et Ismaël Mouaraki étaient de la partie pour parler de leurs spectacles et discuter avec les personnes présentes.

Quelques chiffres…

  • 6 spectacles, 10 représentations, 2153 spectateurs
  • 14 activités de développement, 2599 participants
  • Un total de 4752 personnes touchées

… et des spectacles

  • La suite logique de Caroline Dusseault (chorégraphe indépendante) / DUSSO, le 16 octobre 2014, avec 0 spectateurs
  • Ô lit! de Bouge de là, le 17 mars 2015, et le 18 mars 2015, avec 1098 spectateurs
  • Chorus II de Sasha Kleinplatz (chorégraphe indépendant) / Wants & Needs Danse, le 3 avril 2015, avec 144 spectateurs
  • So Blue de Louise Lecavalier / Fou glorieux, le 20 février 2015, avec 178 spectateurs
  • Les Chaises de PPS Danse, le 16 janvier 2015, avec 473 spectateurs
  • Dans ta tête et Six pieds sur terre de Maï(g)wenn et les orteils, le 16 octobre 2014, avec 260 spectateurs

Rivière-du-Loup en spectacles Saison 2014-2015

En tant que diffuseur majeur dans l’Est-du-Québec, la Corporation du Centre culturel de Rivière-du-Loup acquitte son mandat de diffuseur pluridisciplinaire chaque année en présentant des spectacles professionnels variés de théâtre, de danse, d’humour, de chanson, de musique et de cirque, et ce, en ayant le souci de répondre aux goûts des différentes clientèles de son territoire.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public et partenariat

    La danse à Rivière-du-Loup est un défi très intéressant à relever quant au développement du public. Les Grands rendez-vous danse ont été initiés dans cette idée d’atteindre un plus grand public et de donner les clés des œuvres aux spectateurs. Il s’agit d’une activité pédagogique gratuite réalisée avant les spectacles en danse par l’animatrice Soraïda Caron, professeure de danse et chorégraphe de la région. Le but est d’informer et d’expliquer aux spectateurs la démarche des artistes ou de l’œuvre afin que leur expérience soit enrichie.

    L’agente de développement de Rivière-du-Loup a développé une activité en partenariat avec la bibliothèque municipale Françoise Bédard concernant la présentation de Rapaillé de Zogma, le collectif de folklore urbain. L’idée était de faire une exposition sur l’œuvre de Gaston Miron et d’y faire la promotion du spectacle pour intéresser un public plus littéraire. Une petite exposition de livres a donc été mise en place avec des affiches du spectacle et des informations sur l’œuvre. Selon l’employé responsable des activités culturelles, plusieurs personnes ont manifesté de l’intérêt pour l’idée, posaient des questions et s’intéressaient au projet.

    Un atelier de danse destiné aux familles et aux jeunes enfants a été donné à l’occasion de la présentation du spectacle Les pourquoi de Benoît Archambault. Cet atelier, par son aspect accessible, a rejoint beaucoup de jeunes et a été très apprécié par les familles participantes. Une professeure de l’école de danse District Danza a été engagée pour animer l’activité et était accompagnée d’une stagiaire. Vu le succès de l’activité, celle-ci sera répétée l’an prochain.

    Une autre réussite fut la prestation d’une troupe de l’école District Danza en première partie du spectacle Erreur 404, de 360 mouvements par minutes. Les interprètes ont offert une chorégraphie unique, conçue spécialement pour l’événement. Ce partenariat développé pour la première fois cette année se révèle un franc succès. Il n’est pas possible de faire des premières parties pour tous les spectacles présentés en danse, mais il est clair que le public a beaucoup apprécié sa soirée.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 3 représentations, 303 spectateurs
  • 9 activités de développement, 235 participants
  • Un total de 538 personnes touchées

… et des spectacles

  • Cible de Dieu de Grand Poney, le 14 novembre 2014, avec 72 spectateurs
  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 11 février 2015, avec 88 spectateurs
  • Erreur 404 de 360 Mouvements par minute, le 1 mai 2015, avec 143 spectateurs

Salle Pauline-Julien Saison 2014-2015

La directrice générale et artistique de la salle Pauline-Julien (SPJ), Diane Perreault, et son équipe font preuve d’un engagement soutenu envers le développement de la danse et de ses publics. Cela se traduit par l’accueil de compagnies en résidence, la programmation d’au moins trois spectacles par année (contemporains pour la plupart) et la mise en place de collaborations avec ses collègues-diffuseurs, des partenariats souvent structurants pour le milieu. La SPJ ouvre également ses portes aux artistes de la relève. Elle s’efforce enfin d’offrir des conditions de création, de production et de diffusion adéquates, sans perdre de vue l’importance pour sa communauté d’avoir une proximité avec les artistes.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Pour accompagner le spectacle Loops de Destins croisés, un concours de photo a été organisé par l’Association des photographes de Saint-Laurent et le Club photo de Pierrefonds, sous la supervision de Serge Robert, bénévole de la SPJ et membre des clubs photo. Le concours menait à une exposition intitulée L’urbanité dans sa plus libre expression, présentée pendant deux mois dans le hall de la salle de spectacle; une belle initiative qui a rapproché les disciplines de la photo et de la danse, et qui les a fait cohabiter l’instant de l’exposition. Elle a été vue par la communauté du cégep Gérald-Godin et le public de la SPJ.

    Avec les activités entourant la présentation du spectacle Les Chaises, la SPJ a interpellé un nouveau public avec lequel il n’y avait jamais eu d’atelier ou d’activité auparavant. En effet, Pierre-Paul Savoie et la dramaturge Lise Vaillancourt ont donné un atelier de lecture et d’initiation chorégraphique à un groupe d’aînés du CHSLD Vigi Santé de Dollard-des-Ormaux. Les objectifs de cette activité étaient de favoriser l’accessibilité à la danse contemporaine, mais surtout de stimuler la créativité et de contribuer à une plus grande conscientisation sociale, tout en luttant contre l’isolement. De plus, cette initiative a permis d’amener les participants à la création et de les mettre en contact direct avec des artistes professionnels. Parallèlement au travail réalisé avec les aînés, des ateliers pratiques ont eu lieu avec des élèves du secondaire.

    Au départ, pour permettre que la rencontre se fasse entre les deux générations, le projet voulait que le groupe des aînés et le groupe des ados se rencontrent sur scène pour le lever de rideau. Bien que les ados ne soient pas montés sur scène, plusieurs d’entre eux sont allés rencontrer les aînés après la représentation. C’était très touchant de voir le respect qui s’est établi en si peu de temps entre les jeunes et les aînés. Une vidéo de l’atelier a été tournée au centre Vigi Santé par Clémence Ménard et a été présentée aux jeunes du secondaire dans le cadre des ateliers dramaturgiques ou chorégraphiques en classe, concernant le spectacle Les Chaises. L’idée de la vidéo était de faire en sorte que les jeunes comprennent bien la démarche et de s’assurer qu’ils connaissent déjà un peu mieux les aînés qu’ils rencontreraient au spectacle. Il fallait installer dès le départ un climat de respect chez les jeunes pour faire en sorte que la rencontre se fasse.

Quelques chiffres…

  • 6 spectacles, 6 représentations, 1172 spectateurs
  • 21 activités de développement, 1116 participants
  • Un total de 2288 personnes touchées

… et des spectacles

  • Ô lit! de Bouge de là, le 22 mars 2015, avec 323 spectateurs
  • Śūnya de Sinha Danse, le 6 février 2015, avec 90 spectateurs
  • Loops de Destins Croisés, le 20 novembre 2014, avec 103 spectateurs
  • Trois paysages de Danse K par K, le 10 avril 2015, avec 85 spectateurs
  • Les Chaises de PPS Danse, le 25 novembre 2014, avec 259 spectateurs
  • Cendrillon de Ballets Jörgen Canada, le 22 octobre 2014, avec 312 spectateurs

SPEC du Haut-Richelieu Saison 2014-2015

Pour la sélection des spectacles de danse, la SPEC du Haut-Richelieu cherche à offrir à sa clientèle des spectacles professionnels dans une pluralité de styles. Elle souhaite favoriser l’épanouissement culturel du spectateur en lui présentant des productions novatrices de grande qualité, dans le respect de son cheminement, de ses préférences artistiques et de sa connaissance de la danse. Dans son choix de spectacles, elle mise sur la qualité artistique, le caractère accessible des propositions ainsi que sur la réceptivité de ses spectateurs. Pour accompagner ces derniers dans la découverte de la danse, la SPEC du Haut-Richelieu vise à offrir une multitude d’activités et d’outils complémentaires qui permettent de guider le spectateur dans son appréciation et sa compréhension des œuvres proposées.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Présentation de Paroles de diffuseurs

    Les 16, 17 et 18 septembre 2014 a eu lieu la douzième édition de Parole de diffuseurs, parole d’artistes, événement annuel de Réseau Scènes accueilli cette année par la SPEC du Haut-Richelieu. Cette occasion a permis au diffuseur de partager le travail de Simon Ampleman avec son spectacle extérieur Klima puisque la SPEC avait soutenu sa candidature. Au cours d’une rencontre animée suivant la prestation, le chorégraphe a partagé avec le public sa démarche artistique. Plusieurs collègues du Réseau ont mentionné avoir été très heureux de découvrir la proposition puisque celle-ci avait été peu présentée jusqu’à ce jour.

    Production d’outils promotionnels

    Cette année, la danse a figuré dans l’ensemble des outils promotionnels du diffuseur : brochure de saison (3500 copies), bannières géantes pour chaque spectacle de danse dans le foyer du théâtre, dépliant de la rentrée et des fêtes (160 000 copies), site Internet, mensuel culturel L’Entracte!, tiré à plus de 75 000 exemplaires, et réalisation de trois vidéos, des Capsules-Conseils, pour aider les spectateurs à faire des choix éclairés dans leur sélection de spectacles de danse.

    Implication au sein du comité de l’Intercollégial de danse

    Le cégep Saint-Jean-sur-Richelieu était l’hôte de la 31e édition de l’Intercollégial de danse organisée par le RIASQ. Plus de quatre cents jeunes provenant de vingt-cinq cégeps de partout au Québec ont vécu une expérience intense de trois jours au cours du mois d’avril. La SPEC a été une partenaire de première ligne en accueillant l’événement au Théâtre des Deux Rives. L’agente de développement a travaillé conjointement avec le Service à la vie étudiante et à la communauté. Le développement d’un rapport de proximité porte déjà ses fruits puisque les élèves de la troupe du cégep Saint-Jean-sur-Richelieu seront tenus d’assister à l’ensemble des spectacles de la programmation de la SPEC.

    Partenariat avec le département danse de l’école secondaire Marcellin-Champagnat

    Au cours de l’année, la SPEC a mis sur pied un réel partenariat avec cette école privée de la région qui possède un important département en danse. Le diffuseur a souhaité développer avec eux un projet d’ateliers de formation pour les étudiants et pour les professeurs ainsi que la sortie à un spectacle de danse. L’objectif est d’assurer tout au long de l’année une présence artistique professionnelle dans leurs lieux. Le diffuseur a travaillé conjointement avec eux et la compagnie Cas Public pour établir les balbutiements de ce projet à long terme.

Quelques chiffres…

  • 4 spectacles, 8 représentations, 2223 spectateurs
  • 47 activités de développement, 2384 participants
  • Un total de 4607 personnes touchées

… et des spectacles

  • Ô lit! de Bouge de là, le 29 avril 2015, avec 501 spectateurs
  • So Blue de Louise Lecavalier / Fou glorieux, le 15 mars 2015, avec 392 spectateurs
  • Les Chaises de PPS Danse, le 8 février 2015, et le 9 février 2015, avec 525 spectateurs
  • Symphonie dramatique de Cas Public, le 12 octobre 2014, et le 26 novembre 2014, avec 805 spectateurs

Spect’Art Rimouski Saison 2014-2015

Diffuseur pluridisciplinaire majeur, Spect’Art Rimouski offre à la population régionale, dans la salle Desjardins-Telus, une programmation de spectacles professionnels touchant tous les volets des arts de la scène. L’excellence, la variété et le haut volume de diffusion caractérisent son intervention. Spect’Art Rimouski offre une programmation de quatre spectacles en danse contemporaine qui compte habituellement une production jeune public par année. Notre programmation est conçue en fonction du fait que le Théâtre du Bic, diffuseur voisin, présente aussi de la danse. Spect’Art Rimouski participe aussi à des projets de résidence d’artistes en collaboration avec d’autres diffuseurs québécois.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Partenariat

    Les partenariats déjà établis ont continué à se renforcer cette année, notamment avec l’école de danse Quatre temps. Un artiste de la troupe de Ballet Jörgen a offert trois ateliers à soixante-deux jeunes. Les jeunes de l’école ont aussi assisté à une répétition du collectif de folklore urbain Zogma afin d’observer leurs techniques et leurs habilités. En collaboration avec l’école de danse, Spect’Art Rimouski a soutenu une activité thématique dans le cadre de la Journée internationale de la danse. Les différentes troupes de l’école ont offert des prestations au grand public et le diffuseur s’est occupé de fournir la technique et a fait la promotion de l’activité.

    Le partenariat avec Hydro-Québec s’est poursuivi cette année encore. L’entreprise soutient le volet danse de la programmation en offrant l’occasion aux élèves de l’école d’inviter un ami gratuitement à un spectacle. Une belle façon de développer la danse auprès des jeunes et de les sensibiliser à cette pratique artistique en plus de favoriser la prise de risque. Hydro-Québec offre également des bourses d’études et des inscriptions à un camp d’été en danse pour les élèves de l’école qui se sont démarqués.

    Développement de public

    Beaucoup de nouvelles approches ont été tentées cette année, notamment auprès des familles et du jeune public. En positionnant certains spectacles, l’agente de développement a également cultivé plusieurs contacts avec les cégeps, les enseignants, les classes d’arts visuels, les théâtres et les clubs de danse de la région.

    La venue de Jacques Poulin-Denis a permis d’organiser une rencontre avec les jeunes décrocheurs de l’organisme socioprofessionnel Je raccroche. Cet organisme organise des occasions d’échanges entre les artistes et les jeunes qui veulent retourner aux études afin de les sensibiliser au monde des arts et de la culture en discutant avec des artistes au parcours atypique. Ce fut une expérience très enrichissante pour plusieurs jeunes qui sont venus voir le spectacle et qui sont restés pour discuter avec le chorégraphe.

Quelques chiffres…

  • 4 spectacles, 4 représentations, 1138 spectateurs
  • 12 activités de développement, 852 participants
  • Un total de 1990 personnes touchées

… et des spectacles

  • Cible de Dieu de Grand Poney, le 26 novembre 2014, avec 32 spectateurs
  • Rapaillé de Zeugma Danse, le 12 février 2015, avec 198 spectateurs
  • Cendrillon de Ballets Jörgen Canada, le 24 octobre 2014, avec 574 spectateurs
  • Amigas de Lizt Alfonso Dance Cuba, le 4 février 2015, avec 334 spectateurs

Théâtre Centennial Saison 2014-2015

Chaque année, le Théâtre Centennial accueille une grande diversité de chorégraphes intermédiaires en provenance du Québec, du Canada et de l’étranger. La directrice, Luce Couture, souhaite provoquer la rencontre entre les artistes et sa communauté par l’accueil de résidences et par toute autre activité favorisant la transmission du point de vue de l’artiste.

Véritable ambassadeur de la danse dans sa région, le Théâtre Centennial fait acte de présence exemplaire aux rencontres et événements tels CINARS, Parcours Danse, CanDance, etc., afin d’être aux premières loges de la création contemporaine en danse. Les œuvres programmées par le Théâtre Centennial témoignent de la grande diversité de chorégraphes québécois et canadiens et introduisent des chorégraphes d’ailleurs, ayant une vision du monde éclatée et sensible aux préoccupations actuelles de la planète. Les œuvres de type interdisciplinaires sont privilégiées.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Stratégie de développement de public

    Le Théâtre Centennial poursuit son incursion dans les écoles (présentation d’ateliers et échanges avec danseurs ou chorégraphes) et crée des activités de développement pour des groupes susceptibles d’être intéressés par les œuvres présentées. Le diffuseur continue d’inviter le public aux discussions avant spectacle et aux rencontres avec les danseurs après. Il crée des événements susceptibles d’intéresser plus de néophytes à la discipline.

    Cette année, une série d’activités de médiation a été donnée entourant le spectacle Les Chaises, présenté par PPS Danse. Deux ateliers ont été donnés par la dramaturge Lise Vaillancourt et par Pierre-Paul Savoie à l’école secondaire La Montée. L’agente de développement a également donné des ateliers à plusieurs élèves dans deux autres écoles de la commission scolaire.

    Plusieurs tentatives de rapprochement ont été faites auprès de nouveau public, notamment auprès du milieu de la musique et des étudiants du cégep en musique pour les présentations de Sunya et de Paradoxe mélodie.

    Résidences

    Cette année, le Théâtre Centennial comptait deux résidences en danse. L’une avec Estelle Clareton, qui a travaillé sur son œuvre Tendre destinée au jeune public, et l’autre avec Virginie Brunelle, qui travaille depuis l’été sur un nouveau projet encore en développement.

Quelques chiffres…

  • 7 spectacles, 9 représentations, 1343 spectateurs
  • 11 activités de développement, 759 participants
  • Un total de 2102 personnes touchées

… et des spectacles

  • Śūnya de Sinha Danse, le 18 mars 2015, avec 124 spectateurs
  • Usually Beauty Fails de Frédérick Gravel, le 25 novembre 2014, avec 176 spectateurs
  • Les Chaises de PPS Danse, le 16 décembre 2014, avec 225 spectateurs
  • Symphonie dramatique de Cas Public, le 7 octobre 2014, avec 583 spectateurs
  • Gustavia de Mathilde Monnier et La Ribot, le 4 novembre 2014, avec 47 spectateurs
  • Infinity Doughnut de Katie Ward (chorégraphe indépendante), le 10 février 2015, avec 36 spectateurs
  • Paradoxe mélodie de Danièle Desnoyers / Le Carré des Lombes, le 21 avril 2015, avec 152 spectateurs

Théâtre de la Ville Saison 2014-2015

En intégrant le développement de la danse au cœur de son mandat artistique, le Théâtre de la Ville (TDLV) désire offrir à la population du territoire des spectacles de haute qualité. Il veut éveiller la curiosité de sa communauté pour la danse et ses diverses approches artistiques en favorisant surtout, et de plus en plus, la danse contemporaine. La vision du diffuseur est soutenue par différentes actions : la programmation annuelle d’au moins trois spectacles de danse, l’accueil de créateurs en résidence, ainsi qu’un important travail d’accompagnement et de développement de la danse auprès de la communauté. Le TDLV offre aux artistes des conditions favorables de création et de diffusion en mettant à leur disposition le soutien technique et logistique, ainsi que des plateaux de travail adéquats. Dans son travail chorégraphique, Sébastien Provencher propose un art engagé et interdisciplinaire où il cherche à créer des pièces à la frontière entre plusieurs disciplines artistiques, où le corps et le mouvement demeurent les moteurs premiers de création. Il propose un art qui confronte, questionne et émeut.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Résidence de création

    Le Théâtre de la Ville (TDLV) a offert, pour une deuxième année consécutive, une résidence de création à la compagnie PPS Danse pour la recréation de Bagne. Alors que la première résidence offerte en 2013-2014 a permis à PPS Danse de rencontrer d’éventuels interprètes susceptibles de travailler à la recréation de Bagne, cette résidence-ci a permis l’installation complète de la scénographie et une recherche chorégraphique à l’intérieur de celle-ci. Le désir avoué de Pierre-Paul Savoie est de revisiter entièrement l’œuvre à la lumière de l’époque actuelle. Le diffuseur tente d’offrir à chaque saison au moins une résidence de création à une compagnie de danse. Le TDLV a ainsi le désir de soutenir des artistes le temps d’une ou de plusieurs étapes de création, en leur offrant un espace de travail équipé et une assistance technique pour ainsi contribuer à la réalisation de leur œuvre.

    Dans le cadre du projet de fiction documentaire intitulé Au pays du grand ciel dansent les oies sauvages, la résidence a permis à la cinéaste Helen Doyle de jeter les bases formelles de son projet. Elle a offert à des non-danseurs de 40 à 72 ans des ateliers de danse menés par Susanna Hood. À partir du thème du vol et des mœurs des oies sauvages, les participants ont ainsi pu mener une exploration entrelaçant espace et voix. Ce projet a particulièrement interpellé l’équipe du TDLV, car il conjugue, d’une part, une démarche artistique entremêlant différentes disciplines artistiques où la danse occupe une place importante et, d’autre part, un projet de médiation culturelle offert aux résidents.

    Développement de public

    En plus des ateliers, conférences, classes de maître et discussions après spectacles, le diffuseur a développé de nouvelles activités. Depuis quelques années, le Théâtre de la Ville a développé des affinités avec le Mail Champlain situé à Brossard. Le diffuseur a sollicité la participation de la compagnie Cas Public, qui a présenté des extraits du spectacle Symphonie dramatique, accueilli ensuite dans la programmation de la saison 2014-2015. Roxane Duchesne-Roy et Alexandre Carlos ont généreusement pris part à l’événement en présentant un extrait de 10 minutes à trois reprises. Ces prestations ont rallié au fil de l’après-midi un total d’environ trois cents spectateurs-badauds, non-initiés à la discipline. Ces moments magiques ont démontré à quel point la danse interpelle les personnes de tous âges et de toutes nationalités. En présentant de la danse à l’extérieur des murs du TDLV, le diffuseur a rencontré un public réceptif, captivé et reconnaissant.

Quelques chiffres…

  • 4 spectacles, 8 représentations, 2561 spectateurs
  • 66 activités de développement, 2087 participants
  • Un total de 4648 personnes touchées

… et des spectacles

  • GOLD de Cas Public, le 11 janvier 2015, le 12 janvier 2015, et le 13 janvier 2015, avec 1258 spectateurs
  • Śūnya de Sinha Danse, le 29 janvier 2015, avec 335 spectateurs
  • So Blue de Louise Lecavalier / Fou glorieux, le 12 mars 2015, avec 411 spectateurs
  • Symphonie dramatique de Cas Public, le 2 avril 2015, avec 557 spectateurs

Théâtre du Bic Saison 2014-2015

La qualité des œuvres est sans aucun doute le premier critère de sélection. Avant tout, peu importe la discipline, le Théâtre du Bic souhaite présenter des œuvres exigeantes pouvant rejoindre un large public.

Les œuvres sont choisies pour ce qu’elles offrent de différent, de novateur dans l’esthétique et dans l’émotion. Elles devraient marquer l’imaginaire du spectateur, l’habiter au-delà de la représentation. Mais une soirée de danse doit aussi être une soirée de plaisir. Certaines œuvres seront donc retenues pour ce qu’elles ajoutent de ludique. Chaque spectacle se doit d’être une rencontre avec l’art, un enrichissement humain. C’est cette même logique qui motive l’intérêt pour des productions venant de l’étranger. Des rencontres avec des esthétiques différentes, des aventures culturelles et humaines inusitées qui amènent le spectateur sur les routes de l’inattendu.

Chaque année, la programmation en danse du Théâtre du Bic permet de découvrir des esthétiques nouvelles, des créateurs nouveaux. En même temps, certains chorégraphes et certaines compagnies reviennent sur notre scène, de sorte qu’ils deviennent une référence pour l’amateur. Une place est également accordée aux jeunes chorégraphes.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public

    Plusieurs ateliers et classes de maître ont été offerts en parallèle des spectacles de la programmation du Théâtre du Bic, mais l’activité qui a eu le plus d’ampleur était reliée au spectacle Les Chaises, présenté par PPS Danse. En partenariat avec Nicolas Patry, Katia Lacelle et PPS Danse, vingt-neuf ateliers ont été organisés, rejoignant plus de 470 élèves de sept écoles primaires et secondaires de la Commission scolaire des Phares. Ce fut une première pour le Théâtre, qui n’avait jamais directement sollicité la commission scolaire et les écoles et qui n’avait jamais offert d’atelier dans leurs murs. Ce fut une réelle réussite.

    Une seconde activité a été élaborée avec Danse K par K qui présentait Trois paysages au Théâtre du Bic. Une deuxième partie du spectacle a été produite par le Grand groupe régional d’improvisation libérée (GGRIL), qui offrait une prestation musicale avec le panneau sonore utilisé lors de la performance de Danse K par K. Avec l’improvisation musicale, la troupe interagissait avec le mur, créant des réactions et des mouvements. Cette activité avec une troupe locale a intéressé plusieurs personnes qui ont ainsi assisté aux performances.

    Ces deux activités ont eu un impact considérable sur l’assistance des deux spectacles. En effet, les deux représentations ont respectivement été deux des trois spectacles présentés au Théâtre du Bic ayant attiré le plus grand nombre de public. Une réussite pour la danse!

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 3 représentations, 311 spectateurs
  • 36 activités de développement, 747 participants
  • Un total de 1058 personnes touchées

… et des spectacles

  • Chorus II de Sasha Kleinplatz (chorégraphe indépendant) / Wants & Needs Danse, le 7 novembre 2014, avec 82 spectateurs
  • Trois paysages de Danse K par K, le 17 avril 2015, avec 128 spectateurs
  • Les Chaises de PPS Danse, le 6 février 2015, avec 101 spectateurs

Théâtre Hector-Charland Saison 2014-2015

Par la diffusion de spectacles, la Corporation Hector-Charland contribue au développement, au rayonnement et à la promotion de la culture d’ici et d’ailleurs. Élaborée dans un esprit de promotion de la diversité culturelle et artistique ainsi que dans une perspective de développement des publics, la programmation vise à stimuler l’activité culturelle dans la région en mettant la population en contact avec des productions artistiques de haute qualité. Ces nombreuses initiatives témoignent du désir de diversification, de renouvèlement et de fidélisation du diffuseur.

Avec comme motivation la culture, le public et la communauté, le développement de la danse repose sur de profondes réflexions inscrites dans une démarche de développement durable. L’accès à la culture, les principes de démocratie et d’équité sont au cœur de la mission de la Corporation. Plusieurs orientations témoignent de cet engagement à rapprocher culture et développement durable : la Semaine de la danse à Joliette, l’intégration de la danse au Festival de théâtre à L’Assomption, les activités de développement et de sensibilisation comme stratégie d’accès et d’intégration culturelle.

À travers la diffusion de spectacles et les actions en médiation culturelle, la Corporation Hector-Charland nourrit et soutient l’émergence d’artistes et de compagnies régionales, en plus de soutenir les artistes professionnels lors de la création de spectacles par l’accueil de résidence de création.

Le directeur général et artistique, Claude de Grandpré, et son équipe assistent au plus grand nombre possible de rencontres de programmation et d’échanges ainsi qu’aux événements majeurs des arts de la scène : Parcours Danse, Bourse RIDEAU, Festival Danse Canada, CINARS, etc.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Semaine de la danse à Joliette

    La saison 2014-2015 marque la seconde édition de la Semaine de la danse en partenariat avec la municipalité de Joliette. Il s’agit d’une belle façon de proposer à la population certaines compagnies qui font des performances dans l’espace public. Ce fut même l’occasion de concevoir un flash mob, ou mobilisation éclair, avec la chorégraphe Julie Pilon et les élèves du cégep régional de Lanaudière. Une association avec le gala des Grands Prix Desjardins de la culture a permis à une compagnie d’offrir une performance en première partie de l’événement. La semaine a été un franc succès, notamment avec tous les ateliers offerts, les classes chorégraphiques et les nombreuses performances. Une soirée de vidéodanse fort appréciée a également été proposée en extérieur et a rassemblé un groupe d’environ soixante-quinze personnes.

    50 jours de la danse

    La première édition des 50 jours de la danse à L’Assomption, une initiative unique au Québec, a elle aussi été un succès. Le succès, c’est l’événement en lui-même. C’est aussi la volonté du diffuseur de mettre de l’avant une discipline qui gagne à être connue et diffusée. Les 50 jours de la danse chapeaute plusieurs initiatives dans la programmation officielle du diffuseur en plus de compter sur une résidence de création, une seconde soirée vidéodanse, des ateliers, des conférences, des classes de maître et un danse-o-mathon présenté dans le hall du Théâtre Hector-Charland durant toute la durée de l’événement. Une association avec le Festival Feu et Glace a aussi permis la présentation d’une version hivernale de Klima, de Ample Man Danse, qu’on aussi pu voir lors du lancement des 50 jours de la danse.

Quelques chiffres…

  • 10 spectacles, 15 représentations, 2804 spectateurs
  • 29 activités de développement, 1923 participants
  • Un total de 4727 personnes touchées

… et des spectacles

Valspec Saison 2014-2015

Valspec étant un diffuseur pluridisciplinaire qui offre une grande variété de spectacles dans différentes disciplines et à un public éclectique, sa programmation en danse reflète cette réalité. Le diffuseur souhaite atteindre autant un public d’initiés que de néophytes, autant les amants du hip-hop que ceux du ballet classique. Son but est de décloisonner la danse, et pour y arriver, sa programmation est généralement axée sur des propositions fortes, uniques, avec une prépondérance pour le mouvement, l’amplitude et les chorégraphies de groupe.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Activités de développement

    En plus des quatre films de danse présentés avant chaque ciné-conférence des Grands Explorateurs, Valspec a offert sa deuxième édition de 24hDanse à vingt-cinq étudiants de plusieurs écoles de la région. Les jeunes ont ainsi participé à des ateliers et des discussions sur la danse. Ils ont également fait des ateliers d’improvisation, ont assisté à un spectacle professionnel et ont échangé avec les danseurs et la chorégraphe de la troupe. À force d’être immergés dans la danse pendant une journée complète, les élèves sont devenus des ambassadeurs de l’événement. Ils ont désormais à cœur le succès du 24hDanse.

    Développement de public

    Cette année, le travail de partenariat s’est poursuivi avec les écoles de danse de la région. Trois écoles ont confirmé leur collaboration avec Valspec. Dès l’an prochain, les élèves viendront à tous les spectacles de danse présentés dans la salle de spectacle.

    Afin d’attirer un plus grand public aux spectacles de danse, une offre promotionnelle pour trois spectacles de danse à un prix réduit a été offerte. Cette offre a attiré un public de non-initiés et l’agente de développement a eu l’occasion de discuter avec eux lors des cocktails après spectacles. Elle a ainsi pu tisser des liens avec ces nouveaux adeptes qui ont décidé de venir assister à des spectacles de danse par curiosité.

    L’agente de développement a également eu l’occasion de rencontrer trente-cinq étudiantes du cégep de Valleyfield en technique d’éducation à l’enfance. Elle leur a donné un atelier sur l’appréciation de la danse et sur la nomenclature en danse afin de trouver les mots justes, et elle leur a parlé du corps et de la nudité. Toutes les étudiantes ont été invitées à venir assister à la représentation de Complexe des genres de Virginie Brunelle.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 3 représentations, 429 spectateurs
  • 5 activités de développement, 203 participants
  • Un total de 632 personnes touchées

… et des spectacles

  • Chorus II de Sasha Kleinplatz (chorégraphe indépendant) / Wants & Needs Danse, le 30 janvier 2015, avec 96 spectateurs
  • Complexe des genres de Compagnie Virginie Brunelle, le 26 avril 2015, avec 93 spectateurs
  • Cendrillon de Ballets Jörgen Canada, le 28 novembre 2014, avec 240 spectateurs

Ville d'Alma Spectacles Saison 2014-2015

Ville d’Alma Spectacles s’oriente vers le développement de la danse au Saguenay-Lac-Saint-Jean. L’équipe artistique mise sur des propositions graduelles et variées, dans l’objectif d’initier un large public à la discipline. Elle réserve une place de choix à la danse dans sa programmation adulte et jeune public, tout en accordant un souci particulier aux artistes issus de la région. L’équipe souhaite rendre la danse accessible par un éventail d’activités de médiation culturelle, notamment auprès des jeunes du secondaire et des écoles de danse de la région, en présentant la danse à des non-initiés, en démystifiant la danse auprès du public (préparations scolaires, causeries, classes de maître), en rapprochant le public de la danse et du théâtre et en maintenant des liens étroits entre les acteurs du milieu. Également, Ville d’Alma Spectacles maintient des actions de développement de public concertées par le réseau Objectif Scène et son projet Objectif Danse au Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Développement de public et partenaire

    Pour la venue de Cas Public à Alma, le diffuseur s’est allié à l’école de danse le Prisme culturel afin d’offrir des ateliers et des classes de maître aux élèves, par les artistes de la troupe. Une agente de développement a également fait des rencontres préparatoires avant le spectacle avec tous les élèves inscrits aux représentations scolaires, soit 191 élèves de la Commission scolaire du Lac-Saint-Jean. En première partie de la représentation de Symphonie dramatique, le 5 novembre, le Prisme Culturel a présenté trois créations et une reprise en danse contemporaine. Ces chorégraphies ont été créées dans le cadre d’un camp d’été avec les professeurs du Prisme. L’activité fut grandement appréciée par les élèves et la communauté. Les classes de maître offertes par Ballet Jörgen ont également eu un bel impact sur les élèves du Prisme Culturel. Quatre participants ont même été sélectionnés pour avoir un rôle de figurant dans Cendrillon, une expérience professionnelle enrichissante.

    Travailler en concertation avec les partenaires selon leurs besoins et leurs attentes est une bonne méthode pour établir et concevoir des ateliers de développement de public. L’objectif du diffuseur est d’amener ses partenaires plus loin dans leur consommation et leur perception de la danse. Les choix de programmation peuvent être conventionnels et prudents, mais de cette façon, les ressources sont concentrées davantage sur les activités qui touchent la communauté. L’idée est également de travailler avec des compagnies et artistes chouchous pour consolider leur présence et leur impact sur le territoire afin de générer un sentiment d’appartenance en développant des activités.

    En partenariat avec Objectif Danse, la conférence Le ballet d’hier à aujourd’hui : ses clefs de compréhension animée par Marie Beaulieu, historienne, chercheuse et professeure au département de danse de l’UQAM, a été offerte à la communauté. Cette conférence s’inscrit dans une série de conférences et d’ateliers d’initiation articulés autour des arts de la scène et a touché plus de cent cinquante personnes.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 5 représentations, 1050 spectateurs
  • 9 activités de développement, 853 participants
  • Un total de 1903 personnes touchées

… et des spectacles

  • GOLD de Cas Public, le 3 novembre 2014, avec 146 spectateurs
  • Symphonie dramatique de Cas Public, le 5 novembre 2014, avec 314 spectateurs
  • Cendrillon de Ballets Jörgen Canada, le 25 avril 2015, avec 590 spectateurs

Ville de Châteauguay / Château Scènes Saison 2014-2015

La Division culture et projets spéciaux de la Ville de Châteauguay est un diffuseur majeur en arts de la scène reconnu par le Ministère. Par l’intermédiaire de Château Scènes, elle présente environ soixante-quinze spectacles professionnels annuellement. Les trois quarts de la programmation sont consacrés au théâtre, à la danse, à la musique et, majoritairement, à la chanson. Le diffuseur présente de la danse depuis 2008 sous la forme du Festival accès danse, un événement créé afin de bien développer cette discipline et de répondre à un besoin qui se faisait sentir dans la région.

Depuis sa création en 2008, le Festival accès danse travaille à rendre le milieu professionnel de la danse accessible aux gens de la région et, plus particulièrement, aux jeunes du secondaire et du deuxième cycle du primaire. Des écoles d’un peu partout au Québec qui offrent de la danse dans leur cursus scolaire ainsi que les écoles de loisir des environs sont invitées à venir passer une fin de semaine à Châteauguay pour y vivre la danse sous différentes formes; tous peuvent participer à des ateliers de perfectionnement et de découverte, assister à des spectacles professionnels, prendre part à un spectacle de la relève ou discuter avec des professionnels et des professionnelles de la danse.

Dans le cadre du festival, l’équipe de diffusion s’assure chaque année d’offrir une programmation variée, autant du côté des ateliers que des spectacles. Puisque le festival cible majoritairement un public d’adolescents amateurs de danse, la programmation doit être dynamique et accessible tout en présentant un contenu qui les initie à toute la diversité de la danse, autant sur le plan de la création et de l’interprétation que de l’appréciation.

Les bons coups de la saison 2014-2015

  • Festival accès danse

    Le Festival accès danse s’est déroulé cette année du 27 au 30 mars 2015, et deux cent trente jeunes provenant de dix écoles secondaires en concentration danse s’y sont réunis. Durant le festival, vingt-huit ateliers en danse ont été donnés (contemporain, ballet, danse latine et africaine, acroyoga, création in situ et bien plus). Les spectacles de Sasha Kleinplatz (Chorus II), Cas Public (Symphonie dramatique), Bouge de là (Ô lit!) et un match présenté par Les Imprudanses ont également été offerts au public.

    Nouveau public

    Par le passé, les activités du festival ont été peu présentes dans les espaces extérieurs de la ville ainsi que dans les lieux publics. Cela a eu pour effet de limiter grandement la visibilité de l’événement. Cette année, le festival souhaitait créer de nouvelles occasions de se manifester auprès de la population locale et régionale. L’équipe de Château Scènes, en partenariat avec la Galerie La Seigneurie, a eu l’idée d’organiser une exposition photographique dédiée à la danse avec le photographe Francis Nadeau Lussier, exposition qui s’est déroulée pendant trois semaines avant le festival.

    Écoute pour voir de Danse Carpe Diem/Emmanuel Jouthe a été présenté dans le hall avant deux spectacles de la programmation régulière de Château Scènes au mois de mars. Cet ajout à la programmation a été également motivé par l’envie du festival de s’étendre au-delà de son calendrier et de ses lieux habituels. Les deux spectacles ont été choisis en fonction de leur public, qui était susceptible de s’intéresser à la danse.

    Un projet de partenariat, promotion et médiation

    Deux élèves des Ateliers de danse de la Ville de Châteauguay ont été invitées à vivre une expérience journalistique en danse. Le 31 janvier 2015, elles ont assisté à la représentation de Chorus II à Valleyfield, à la salle Albert-Dumouchel, avec la mission de rédiger ensemble une critique du spectacle, qui a ensuite été publiée dans le journal local de Châteauguay. Ce projet avait pour but d’augmenter la visibilité du festival auprès des citoyens de la région tout en valorisant l’implication des jeunes danseurs dans le développement et le rayonnement de la danse à Châteauguay. Cette idée est apparue lorsque le festival tentait de trouver une solution à la mauvaise couverture de la culture dans les médias locaux. Ce projet a été réalisé grâce à la collaboration de Valspec, qui a offert gratuitement deux paires de billets aux deux participantes. Depuis cette année, Valspec et le Festival accès danse cherchent à profiter de la proximité de leurs lieux de diffusion pour mettre en commun leurs efforts de développement de public.

Quelques chiffres…

  • 5 spectacles, 7 représentations, 1072 spectateurs
  • 9 activités de développement, 886 participants
  • Un total de 1958 personnes touchées

… et des spectacles

  • Écoute pour voir de Danse Carpe Diem / Emmanuel Jouthe, le 14 mars 2015, et le 21 mars 2015, avec 268 spectateurs
  • Ô lit! de Bouge de là, le 29 mars 2015, et le 30 mars 2015, avec 259 spectateurs
  • Chorus II de Sasha Kleinplatz (chorégraphe indépendant) / Wants & Needs Danse, le 27 mars 2015, avec 162 spectateurs
  • Symphonie dramatique de Cas Public, le 28 mars 2015, avec 158 spectateurs
  • Match d’impro-mouvement de Imprudanses, le 28 mars 2015, avec 225 spectateurs

Grand total

  • 91 spectacles, 129 représentations, 27003 spectateurs
    • Jouer Dehors: 6 spectacles, 10 représentations, 735 spectateurs
  • 359 activités de développement, 20635 participants
  • Un total de 47638 personnes touchées