Dépêche

Mercredi 18 décembre 2019
7914

2019 aura été sous le signe de rencontres, d’échanges et d’enrichissement professionnel! Un bilan positif pour La danse sur les routes du Québec — La DSR — qui aura relevé le défi de Parcours Danse avec brio.

Cette 17e édition s’est déroulée cette année du 25 au 29 novembre dans 15 lieux différents de Montréal et a rassemblé des participants des quatre coins du monde dont le Québec, le Canada, la France, la Belgique, la Chine, le Japon, la Tunisie, l’Allemagne, l’Espagne et la Finlande.

Parcours Danse 2019 c’est 500 participants dont 57 diffuseurs internationaux, 67 diffuseurs québécois et 35 diffuseurs canadiens (hors Québec). Ce sont 25 partenaires du milieu de danse et de la diffusion au Québec qui se sont engagés pour faire danser une cinquantaine de compagnies.

La présence des diffuseurs internationaux a été rendue possible grâce à la précieuse collaboration des attachés culturels du Québec à l’étranger et aux projets de coopération internationale avec la Belgique, la France et la Tunisie. L’équipe de Parcours Danse a donc pu accueillir des invités de Objectif Danse-Wallonie-Bruxelles, La Briqueterie, Archipel (Québec-Nantes-Tunis) et Occitanie en-scène.

L’ouverture de la biennale a été honorée par la présence d’intervenantes remarquables telles que Ellen Gabriel militante et artiste Kanienkehá de Kanesatake, Nathalie Maillé directrice générale du Conseil des arts de Montréal, Caroline Lussier directrice du programme Explorer et créer, Conseil des arts du Canada, Anne-Marie Jean présidente directrice générale du Conseil des Arts et des Lettres du Québec et Zab Maboungou fondatrice de la Compagnie Danse Nyata Nyata, artiste-chorégraphe et interprète, professeure de philosophie et auteure qui ont été accueillies par Pierre-David Rodrigue directeur général et Kathy Casey présidente de La danse sur les routes du Québec.

La pluralité synonyme de richesse chorégraphique

Que ce soit les 27 spectacles de la sélection officielle ou les 25 vitrines OFF, Parcours Danse a offert une plage de représentations riches et diversifiées en passant du jeune public à un public adulte. 68 représentations ont été représentées sur cinq jours.

Cette année, une attention particulière a été accordée au jeune public dans le développement de Parcours Danse 2019. C’est pourquoi l’Alliance des réseaux canadiens de danse (ACDN) formée d’Atlantic Moves, CanDanse, Made in BC, Ontario Presents et La DSR a invité les professionnels de la danse à une journée constituée de conférences et d’activités dans le but de stimuler les échanges et la concertation.

Activités, conférences et innovations, les ingrédients clés de Parcours Danse

Tous les participants de Parcours Danse (artistes, diffuseurs, chorégraphes, agents et observateurs) ont également pu s’enrichir grâce aux différents contenus proposés au cours de la semaine qui ont permis de mettre en lumière des réalités liées au milieu de la danse notamment avec le Laboratoire de développement des publics de la danse à l’aide du numérique mais aussi avec Paroles d’artistes Ontario-Québec.

Rencontres et échanges ont, quant à eux, été encouragés par le biais d’activités telles que les Tandems artistiques ou encore le Babillard vivant.

Fruit d’une collaboration entre LA SERRE — arts vivants, LOJIQ — Les Offices jeunesse internationaux du Québec et La DSR, le Parcours Exploratoire a permis à une cohorte de cinq jeunes chorégraphes québécois de participer à Parcours Danse grâce à des activités d’accompagnement et des diner-rencontres avec des spécialistes du milieu.

Et cette année, un partenariat avec l’association RIDEAU a permis à une des compagnies de la sélection officielle de présenter une vitrine lors de la prochaine édition RIDEAU 2020! Par le biais d’un jury composé d’acteurs du milieu, Paysages de Papier d’Estelle Clareton a remporté ce coup de cœur!

En résumé, comme l’a souligné Pierre-David Rodrigue directeur général de La DSR lors de son discours d’ouverture, “Parcours Danse est un point névralgique pour la diffusion de la danse dans lequel nous investissons notre cœur et notre temps pour faire une place toujours plus grande à cette discipline. C’est aussi un magnifique temps d’arrêt où des diffuseurs de partout, pluridisciplinaires et spécialisés, consacrent 5 jours à parler de la danse, à voir de la danse.”

Ces mots rejoignent et complètent ceux qu’avait prononcé Paule Beaudry, anciennement directrice générale de La DSR, pour l’édition de 2017: “Les nombreuses rencontres que l’on fait durant ces quelques jours nous ouvrent de nouveaux horizons, de nouvelles réalités et possiblement de nouveaux rêves aussi.”