Rapport annuel

Théâtre du Bic Saison 2008-2009

La qualité des œuvres est sans aucun doute le premier critère de sélection. Avant tout, peu importe la discipline, le Théâtre du Bic souhaite présenter des œuvres exigeantes pouvant rejoindre un large public.

Les œuvres sont choisies pour ce qu’elles offrent de différent, de novateur dans l’esthétique et dans l’émotion. Elles devraient marquer l’imaginaire du spectateur, l’habiter au-delà de la représentation. Mais une soirée de danse doit aussi être une soirée de plaisir. Certaines œuvres seront donc retenues pour ce qu’elles ajoutent de ludique. Chaque spectacle se doit d’être une rencontre avec l’art, un enrichissement humain. C’est cette même logique qui motive l’intérêt pour des productions venant de l’étranger. Des rencontres avec des esthétiques différentes, des aventures culturelles et humaines inusitées qui amènent le spectateur sur les routes de l’inattendu.

Chaque année, la programmation en danse du Théâtre du Bic permet de découvrir des esthétiques nouvelles, des créateurs nouveaux. En même temps, certains chorégraphes et certaines compagnies reviennent sur notre scène, de sorte qu’ils deviennent une référence pour l’amateur. Une place est également accordée aux jeunes chorégraphes.

Les bons coups de la saison 2008-2009

  • En février 2009 eut lieu l’Événement Cas Public III. En plus des quatre spectacles présentés en trois jours, une semaine de création publique a précédé les deux œuvres Suites Cruelles et Le cabaret dansé des vilains petits canards. Deux activités parallèles se sont tenues à l’École de danse Quatre-temps de Rimouski. D’une part, deux jeunes danseurs-chorégraphes de la compagnie Cas Public ont créé une courte pièce avec les 24 élèves inscrites au volet Danse-Études de l’école. La pièce La noyade a été créée en quinze heures et a été présentée à deux reprises en prologue au spectacle Suites Cruelles. Ces 24 jeunes ont pu travailler dans un contexte de création professionnel avec des chorégraphes, musiciens, éclairagistes et sonorisateur. La participation de ces jeunes filles fut sans aucun doute un excellent moyen d’amener les gens de leur entourage, initiés ou non, à la danse. D’autre part, toujours durant cette semaine, la chorégraphe Hélène Blackburn a donné une formation à quatre professeurs de l’École autour de la création chorégraphique. Cette occasion unique fut pour les professeurs une inspiration en vue des deux spectacles annuels qu’elles doivent créer avec les 700 membres/interprètes de l’École de danse Quatre-temps.

Quelques chiffres…

  • 3 spectacles, 5 représentations, 380 spectateurs
  • 5 activités de développement, 654 participants
  • Un total de 1034 personnes touchées

… et des spectacles