Rapport annuel

Corporation de la Salle de spectacle de Sept-Îles Saison 2010-2011

Les attentes de la communauté et la réceptivité des spectateurs sont au cœur des préoccupations de la salle de spectacle de Sept-Îles au moment de faire sa sélection de spectacles de danse. L’objectif est de permettre à la population, aux jeunes en particulier, de s’initier à la danse. Pour ce faire, la salle Jean-Marc-Dion (SJMD) choisit des projets de qualité tout en visant une certaine accessibilité et propose des activités innovantes, intéressantes et surtout influentes en terme de médiation artistique, ce qui est à la base de notre processus de développement. De plus, de nombreuses activités de développement sont offertes, lesquelles permettent aux spectateurs de rencontrer les créateurs, ce qui mène à une plus grande ouverture pour la danse.

Les bons coups de la saison 2010-2011

  • Les transmetteurs culturels ont fait un énorme travail lors de la présentation de Norman de 4dArt. En fait, ils ont presque réussi à doubler le nombre de billets vendus en parlant du spectacle et de Norman McLaren dans leurs écoles.

  • À l'automne 2010, le projet de développement de public adolescent a instauré le principe des transmetteurs culturels. Il consiste en la sélection d’élèves représentants qui s’engagent à accompagner l’agent de développement de la Salle de spectacle de Sept-Îles, à Montréal, lors des journées de la culture. En plus de sensibiliser et de responsabiliser ces jeunes, ils découvrent ainsi l’importance d‘un milieu culturel riche pour une communauté. Ces mordus de culture auront la chance d’aller voir les représentations de danse sélectionnées dans la programmation du Théâtre et de rencontrer les artistes. Ils sont ainsi en mesure de parler des spectacles et des créateurs à leurs camarades et de les motiver à venir assister aux spectacles lorsqu’ils sont de passage à Sept-Îles. L’enjeu est de former un groupe et d’attiser son intérêt en développant son esprit critique et en favorisant une ouverture à la danse.
  • Ce projet permit aux transmetteurs culturels et aux autres élèves de vivre une expérience de découverte des coulisses du théâtre et de son plan de communications. Dans cet esprit, un atelier de mouvement donné par Pierre-Paul Savoie a eu des retombées directes sur la vente de billets. Sur les 32 élèves qui ont assisté à l’activité, dix sont venus au spectacle du chorégraphe. Le privilège d’avoir eu une vision de l’intérieur a rendu les participants plus réceptifs à ce spectacle.
  • L’atelier famille d’Hélène Langevin a quant à lui attiré 30 parents! Après le spectacle L’Atelier, Hélène Langevin a donné un atelier de mouvement dans le Foyer de la Salle pour les parents et leurs enfants. Le groupe de parents a participé avec grand plaisir et s’est prêté au jeu en exécutant avec les enfants, la série de mouvements proposée par la chorégraphe.
  • Pour Cabane, les groupes en arts visuels de la région ont été approchés et un petit groupe du cégep a assisté au spectacle. L’intérêt envers la danse ne cesse de grandir quand on constate que l’évènement a réussi à faire sortir un groupe scolaire, étudiants et professeurs, durant la relâche scolaire.

Quelques chiffres…

  • 5 spectacles, 6 représentations, 806 spectateurs
  • Un total de 806 personnes touchées

… et des spectacles

  • L’Atelier de Bouge de là, le 30 janvier 2011, et le 31 janvier 2011, avec 345 spectateurs
  • Cibler de Danse K par K, le 23 novembre 2010, avec 145 spectateurs
  • Diasporama de PPS Danse, le 8 octobre 2010, avec 119 spectateurs
  • Cabane de Fortier Danse-Création, le 7 mars 2011, avec 78 spectateurs
  • Duet for One Plus Digressions de Andrew Turner (chorégraphe indépendant), le 8 octobre 2010, avec 119 spectateurs