Spectacle

  • Rachel Harris et Esther Rousseau-Morin

    Photo: Jean-Matthieu Barraud

Contact

Représentations

  • Agora de la danse
    • 6 octobre 2015, 20h00
  • Agora de la danse
    • 7 octobre 2015, 20h00
  • Agora de la danse
    • 8 octobre 2015, 20h00
  • [matière blanche : substance faite de fibres nerveuses qui transmettent à travers le cerveau les impulsions nerveuses comme autant de « potentiels d’action »]

    Matière blanche est un laboratoire, un espace cérébral partagé où sensations, pensées, peurs, instincts s’expérimentent comme des connections nerveuses passant par les corps des interprètes. Dans une salle plongée dans l’obscurité, les spectateurs sont disposés en cercle. La scène, vaste, se fait arène. Au centre, surplombées de crochets, deux interprètes (Rachel Harris, Esther Rousseau-Morin) se meuvent ensemble, oscillant entre désirs, impulsions et vulnérabilité. Duo à l’identité insaisissable, elles se complètent, s’opposent, se lient et se délient. Ni lutte, ni spectacle, leurs mouvements suggèrent l’évolution d’un processus mental dont le spectateur est partie prenante. Une chorégraphie toute en interdépendance et en fragilités, qui se déploie sous les éclairages subtils et fluctuants de Jean Jauvin. Porté par la trame sonore conçue par David Drury, Matière blanche invite à une seule expérience, sensorielle et viscérale.

    • Année de création: 2015
    • Chorégraphe(s): Caroline Laurin-Beaucage
    • Interprète(s): Rachel Harris, Esther Rousseau-Morin
    • Concepteur(s): Dramaturgie : Kathy Casey ; Conception sonore : David Drury; Scénographie : Odile Gamache, Caroline Laurin-Beaucage; Costumes : Odile Gamache; Éclairages : Jean Jauvin.
    Mise à jour: 19 août 2015